Aventures Oniriques et Compagnie 24

Aventures%20Oniriques%20et%20Compagnie
connectez vous pour ajouter ce numéro à vos collections

1
Paru le 2012/05
52 pages.
3.50 €
frais de port inconnu

Contenu

Présence d'esprits est une association qui se consacre depuis 1992 à la promotion des mondes de l'imaginaire, entre autres en éditant notamment trois publications: une lettre d'information bimestrielle, ainsi que Présences d'Esprits, un zine trimestriel dans lequel sont publiés des interview, des articles, des illustrations et des critiques; et enfin A.O.C., que vous tenez entre les main: A.O.C., revue n&b trimestrielle et athématique de nouvelles littéraires, bd, Science-Fiction, Fantasy, Fantastique & co.

Formats:

A5

Autres parutions

L'association Club Présences d'Esprits


1 Commentaires - à vous la parole

Ce qui m'a frappée en premier, c'est le petit jeu de symétrie auquel les illustrateurs de la couverture des numéros 23 et 24 se sont livrés, ce qui permet de jouer au jeu des comparaisons: fond avec une forme circulaire, personnage en plan portrait pour les points communs, tonalité des couleurs, place du personnage, univers SF ou steampunk...

Quant aux histoires, si j'ai extrêmement apprécié « l'Etrange Monsieur Ming » (ainsi que la description, à la fin du fanzine, de l'élaboration de la nouvelle lors d'un match d'écriture), et eu quelques sourires à la lecture de « La mère, les brutes et le stagiaire » , par contre « Jade et le G. » histoire d'une mauvaise rencontre dans l'espace, ainsi que « Seul », récit onirico-poétique de solitudes malsaines chamboulées par une étrange substance, assez confus, m'ont laissée de marbre. J'ai souvent – à quelques exceptions près - l'impression que la première nouvelle est aussi la meilleure, ce qui parfois peut entraîner une petite déception dans la poursuite de la lecture du fanzine... Mais le niveau global des récits proposés étant bon, la « déception » reste tout à fait gérable !

Enfin, le fait, depuis le précédent numéro, que la quatrième de couverture soit réservée au résumé des nouvelles et non plus à un dessin aléatoire me laisse partagée : la lectrice en moi trouve cela bien plus pratique pour prendre rapidement connaissance du pitch d'une histoire, mais la dessinatrice en moi déplore la perte d'un espace pour les illustrations !